Les arts martiaux traditionnels chinois pourraient réduire l’agressivité chez les enfants
Les arts martiaux traditionnels chinois pourraient réduire l’agressivité chez les enfants
Le maître en arts martiaux Li Youfu, juge en chef de la compétition d'arts martiaux de NTD Television. (Epoch Times)

Selon une nouvelle étude scientifique menée par des chercheurs de la City University of Hong Kong (CityU), apprendre aux enfants à se battre pourrait être le meilleur moyen de les en empêcher.

Au centre de cette étude se trouve la vertu martiale – la base morale des arts martiaux traditionnels chinois, connue par son nom chinois « wu de ».

315 enfants (244 garçons et 71 filles) issus de différentes écoles et milieux économiques ont participé à l’étude, qui visait à évaluer «  l’impact des arts martiaux chinois sur les jeunes enfants » et à explorer les arts martiaux chinois comme « une intervention de réduction de l’agressivité » comme cela est décrit sur le site de CityU.

Le résultat de l’étude a montré que les enfants ayant reçu une éducation dans les arts martiaux et leur morale ont montré une réduction significative dans le comportement agressif ou antisocial comme le harcèlement ou la dispute. Ils ont également trouvé plus facile de se concentrer.

Compétence ou morale

Les participants ont passé des examens pour mesurer leur agressivité existante, et ont ensuite été divisés en quatre groupes selon différentes combinaisons d’instructions sur lesquelles se concentrer – compétences en arts martiaux, éthique des arts martiaux, les deux ensemble et aucun des deux. Le groupe « aucun » a servi de contrôle.

Les instructions en « éthique martiale » consistaient à faire regarder à des enfants des films sur les arts martiaux comme Le Maître d’ArmesIp Man 2 et Crazy Kung Fu. Les instructeurs ont également tenu des discussions et des scénarios de jeux de rôle pour simuler le conflit social interpersonnel afin d’aider les enfants à apprendre la morale décrite par les personnages de films. Les enfants ont appris des proverbes comme « Ceux qui ne savent pas se battre finissent par se disputer, ceux qui savent se battre ne frappent pas les autres. »

Tous les groupes, dont le groupe contrôle, ont montré une amélioration de leur comportement, mais les changements ont été les plus marqués parmi les enfants ayant appris à la fois les arts martiaux et la morale. Au cours de situations défensives, leurs réponses agressives diminuaient de plus de 40 %, et ils étaient 65 % moins sujets à initier des conflits.

Les enfants n’ayant appris que les compétences en arts martiaux ont montré des améliorations plus discrètes, mais ceux éduqués seulement à la morale n’ont pas montré de changements statistiques significatifs.

(CityU)

(CityU)

Vertu martiale

Lee Ka-hung, artiste martial et travailleur social, explique que les recherches passées ont été largement restreintes aux effets des arts martiaux sur la santé physique. Il pense que l’étude de CityU pourra aider à populariser les disciplines traditionnelles. Des taux de natalité à la baisse ont amené les parents à plus choyer leurs enfants. De tels enfants deviennent souvent plus têtus et affirmés, et sont plus enclins à utiliser la violence pour atteindre leurs buts.

Selon Li Youfu, un maître en arts martiaux renommé de Pékin, les arts martiaux traditionnels sont ancrés dans la philosophie spirituelle du Tao ou de la Voie, tandis que les disciplines modernisées ont largement oublié ces caractéristiques fondamentales.

« De nombreuses personnes, y compris les novices, voient les arts martiaux simplement comme une série de techniques pour le combat à mains nues », dit le Dr. Fung, expert en psychologie pour enfants et enquêteur principal de l’étude de CityU. « Mais l’essence de cette partie de notre héritage culturel repose dans son code moral. »

La mère du Leung Ho-hei, âgé de 11 ans, qui a pratiqué les arts martiaux durant quatre ans, dit avoir été intéressée par la discipline en raison de son caractère moral. Elle relate que dans le passé, son fils aurait impulsivement rendu les coups lors d’une dispute, mais qu’il a appris l’endurance après avoir étudié les arts martiaux.

Le respect traditionnel pour les enseignants et la vertu a eu des effets sur Hong Yi-hei, âgé de 9 ans, qui avait l’habitude de maltraiter son frère plus jeune. Après que les deux frères ont commencé les arts martiaux, leur mère a rapporté que Yi-hei prenait plus soin de son jeune frère.

« Il est clair que nous pouvons éviter que les enfants avec des attributs agressifs ne grandissent en des adultes agressifs et commettent des crimes violents », partage le Dr. Fung. «  Nous espérons qu’une méthodologie de l’enseignement basée sur les arts martiaux chinois pourra être développée à partir de cette étude et adoptée par les écoles locales dans un futur proche. »

Version anglaise : Traditional Chinese Martial Arts Can Reduce Aggressiveness in Children, Says Hong Kong Study

Enregistrer